Les alentours

Ville d’art et de culture, Marseille a plus d’une merveille à vous faire partager. Avec ses 26 siècles d’existence, elle conjugue tradition et modernité.

La cité reste profondément marquée par son passé et exhume sans cesse les vestiges de toutes les cités qui se sont superposées au fil des siècles. Elle est un véritable parcours qui conduit le visiteur depuis ses origines grecques et romaines jusqu’à la modernité de notre siècle et les grandes réalisations architecturales du XXIe siècle, en passant par les fondations religieuses médiévales, les fortifications du XVIe siècle, les riches demeures des XVIIe et XVIIIe siècles et les nombreux édifices prestigieux construits au XIXe siècle.

Figure emblématique de la Ville, elle veille sur les marins, les pêcheurs et tous les Marseillais. Lors de votre séjour dans la cité phocéenne, allez rendre visite à la « Bonne mère »  comme on la surnomme à Marseille, et admirez du haut de la colline, le panorama qui s’offre à vous.

Impossible de visiter la cité phocéenne sans passer par la célèbre avenue, qui relie le Vieux-Port à l’église des Réformés sur 1 km. Alors pour mieux savourer le décor, voici une petite visite guidée, rappels historiques à  l’appui :
La Canebière est ouverte en 1666 lors de l’agrandissement de la ville ordonné par Louis XIV. Son nom vient du provençal Canebe (chanvre), qui perpétue le souvenir des cordiers installés ici depuis le Moyen-Age. Mais ce n’est qu’avec le départ du Grand Arsenal, à la fin du XVIIIe siècle, que l’avenue est prolongée jusqu’au port et que de beaux immeubles y sont construits.

Depuis 26 siècles, le Vieux-Port est le théâtre prestigieux où se joue l’histoire de Marseille. Durant l’Antiquité et le Moyen Age, la ville grecque (Massalia), puis romaine (Massilia) et médiévale (Masiho) s’est développée sur la rive Nord puis vers le Sud au XVIIe siècle. Dès lors, l’entrée du port allait être gardée par deux forts, le fort Saint-Nicolas et le fort Saint-Jean.

Une des silhouettes symboles du Vieux-Port a notamment été le pont transbordeur, ouvrage métallique inauguré en 1905 entre les deux forts, mais malheureusement détruit après la guerre.
En 2013, le Vieux-Port a été rénové (accès au port plus facile, circulation réduite, création d’une ombrière par Norman Foster)et reste aujourd’hui le cœur névralgique de Marseille sous le regard bienveillant de Notre-Dame-de-la-Garde.

Projet gouvernemental porté par le ministère de la Culture et de la Communication, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, premier grand musée national consacré aux civilisations de Méditerranée pour le XXIème siècle et dirigé par Bruno Suzzarelli, a ouvert ses portes à Marseille le 7 juin 2013. Il est rapidement devenu l’un des musées de Marseille les plus visités.

600 ans avant Jésus-Christ, Massalia voyait le jour en lieu et place de l’actuel Panier. Si les grecs ont choisi ce lieu, c’est pour sa position privilégiée en hauteur et proche de la mer. Encore aujourd’hui, le Panier est un musée à ciel ouvert. Ses ruelles étroites, ses lieux culturels, ses artisans, créateurs et restaurateurs… les trois collines du Panier n’ont de cesse de nous surprendre. Laissez-vous emporter par la magie populaire de cet incontournable quartier de la ville de Marseille.

Proculus, évêque de Marseille (380-430) accueille favorablement Jean Cassien. Anachorète, Cassien est certainement l’initiateur de la vie monastique à Marseille. Un culte s’organise à l’emplacement de l’actuelle abbaye, autour d’une tombe que l’on vénère et dont la tradition, une fois encore, prétend qu’elle abrite les reliques du martyr éponyme marseillais du IVe siècle saint Victor.



C’est l’une des balades incontournables de Marseille – Un bâtiment chargé d’histoire qui abrite aujourd’hui des collections et expositions réputées.

Pour une visite de Marseille qui ne s’arrête pas qu’au Vieux-Port ou au Mucem, optez pour une balade en bateau qui vous amènera au large des Îles du Frioul ou sur l’île du Château d’If. Situées dans le parc national des Calanques , elles sont aujourd’hui considérées comme zone Natura 2000, par l’Union Européenne

C’est l’un des emblèmes de la ville, qui fait régulièrement vibrer Marseille en famille, entre amis et surtout entre supporters !

Pour les amateurs de peinture, l’Estaque est avant tout l’un des lieux de naissance de la peinture moderne. De Collioure à Menton, les sites ne manquent pas qui ont attiré de grands peintres. Dans ce quartier en bord de mer de Marseille, les peintres se sont succédés durant 60 ans (1860 – 1920). Impressionnisme, fauvisme, cubisme : le nom de l’Estaque est associé à ces trois époques. Si Cézanne et Braque sont les deux figures majeures, les noms de Derain, Dufy, Marquet, Friesz, Macke, Renoir, Guigou, Monticelli, ne doivent pas non plus être oubliés. La plupart d’entre eux ont peint des dizaines de toiles à l’Estaque. Rare destin, donc, que celui de cette bourgade, et que l’on pourrait d’abord expliquer par sa situation : c’est effectivement un belvédère remarquable d’où la vue sur le golfe de Marseille est souvent saisissante.

Pour une visite de Marseille qui ne s’arrête pas qu’au Vieux-Port ou au Mucem, optez pour une balade en bateau qui vous amènera au large des Îles du Frioul ou sur l’île du Château d’If. Situées dans le parc national des Calanques , elles sont aujourd’hui considérées comme zone Natura 2000, par l’Union Européenne

Translate »